Close

Latest Posts

Stay up to date with all our latest news and launches. Only the best quality makes it onto our blog!
On court sur route, sur chemins... mais surtout sur de l'EVA ! (photo Kalenji)

27 juin 2017

Semelles EVA : mais qu’est-ce donc vraiment ?

La semelle EVA, tout le monde en a entendu parler mais peu de coureurs savent vraiment ce que ce terme désigne. Alors, on vous dit tout…

On court sur route, sur chemins... mais surtout sur de l'EVA ! (photo Kalenji)

On court sur route, sur chemins… mais surtout sur de l’EVA ! (photo Kalenji)

 

On parle depuis des années, au moins la fin des années 80, de l’EVA dans l’industrie de la chaussure de sport et particulièrement du running. Click To Tweet

Intermédiaire mais cruciale.

Tout d’abord, précisons ce qu’est une semelle intermédiaire : c’est la partie « médiane » de la semelle. Elle est prise entre la semelle d’usure, qui est en contact avec le sol, et la semelle intérieure, qui est elle en contact direct avec le pied. Elle est fixée sur la tige de la chaussure. C’est une partie cruciale de la chaussure de running car elle déterminera en grande partie la stabilité et l’amorti.

En effet, les différents supports intégrés à cette semelle (inserts plastiques ou autres, densités différentes des mousses) peuvent influer sur votre foulée et aider à maintenir vos pieds dans l’axe en cas de surpronation. Peu de modèles sont cependant très axés sur la correction de ces défauts à l’heure actuelle.

Une mousse au top

Cette semelle intermédiaire est donc le plus souvent en EVA. Derrière cet acronyme (et non, il ne s’agit pas du prénom…) se cache le doux nom d’ éthylène-acétate de vinyle, un matériau utilisé dans l’industrie du verre, des colles, des emballages, mais aussi dans le secteur médical. C’est une matière plastique, une résine, obtenue selon un procédé chimique à base de pétrole.

La semelle intermédiaire en EVA, c'est la partie blanche sur cette chaussure (photo DR)La semelle intermédiaire en EVA, c'est la partie blanche sur cette chaussure (photo DR)

La semelle intermédiaire en EVA, c’est la partie blanche sur cette chaussure (photo DR)

L’EVA utilisée dans les semelles se présente sous la forme de petites billes de résines qui sont pressées et assemblées dans un moule pour constituer la semelle intermédiaire. Cette pression pourra être plus ou moins forte et on pourra aussi assembler deux densités différentes dans une même semelle : c’est la fameuse semelle bi-densité. Une densité plus importante assurera une rigidité plus grand pour un maintien meilleur.

Flexible et amortissante

Mais la caractéristique principale de l’EVA n’est pas la rigidité : c’est au contraire la souplesse. La « mousse » obtenue avec les billes et durcie sera en effet souple. Pour une chaussure de running, qui a besoin d’être flexible, c’est important.

L'EVA garantit souplesse et amorti : le plus important pour des chaussures de course ? (Photo Connemarathon)

L’EVA garantit souplesse et amorti : le plus important pour des chaussures de course ? (Photo Connemarathon)

 

L’autre point fort de l’EVA est sa qualité d’amortissement. C’est cette semelle intermédiaire qui assure – au-delà de tous les systèmes d’amortis additionnels (gel, air etc…), les principales qualités d’absorbsion des chocs et de rebond de la chaussure. Et pour cela, l’EVA, c’est le top. D’ailleurs les nouvelles matières et procédés « révolutionnaires » mis en avant par les fabriquants ces dernières années (« Speva » d’Asics, « DNA » de Brooks et autre Boost) ne sont que des mousses EVA pressées d’une façons particulière.

Les rivales de l’EVA

Bref, l’EVA, c’est la clé de voûte d’une chaussure de running classique, notamment pour l’amorti et le retour d’énergie. Ses « concurrentes » ? Les semelles intermédiaires en PU (Polyuréthane), une autre mousse plastique, qui a le défaut d’être plus dure et donc offre moins de confort immédiat que l’EVA. Par contre, elle est plus durable et acquerera plus de souplesse avec le temps. Mais pour les besoins d’une vente rapide et d’une certaine « séduction » de l’acheteur par un confort d’accueil moelleux, le PU a moins la côte.

Matériau naturel, le caoutchouc est très doux, très flexible, mais plus lourd. Vous aurez donc compris que l’EVA risque encore de tenir la corde assez longtemps pour être la norme des semelles qui vous font courir…

 

 

 

 

 

Cet article vous fait réagir? Laissez un commentaire: