Close

Latest Posts

Stay up to date with all our latest news and launches. Only the best quality makes it onto our blog!
entrainement-saintelyon

29 septembre 2017

Réussir son entraînement pour la SaintéLyon 2/2

La SaintéLyon en vue, vous savez qu’un départ à minuit vous attend.
Découvrez comment s’adapter à cet horaire inhabituel.

 

Au départ de la SaintéLyon, il fait froid et nuit. Dans ces conditions notre corps est programmé pour aller se reposer. Il faut alors de lutter contre son horloge biologique. Avec un bon plan d’entraînement avant, plus de mauvais signaux qui veulent vous envoyer vers votre lit plutôt que la ligne de départ.

Pourquoi s’entraîner avant la SaintéLyon à courir de nuit ? Click To Tweet

saintelyon-preparation

S’habituer à l’inhabituel pour ne pas être dans le flou

Choc physiologique
Notre organisme tout entier fonctionne selon des cycles, la régulation de la température, la production d’hormones, la digestion ect. On sait par exemple que notre pic de force musculaire se situe en fin d’après-midi vers 17h00.
A 22h30 interruption des mouvements de l’intestin et à minuit production croissante de vasopressine (supprime la sensation de soif).

Si on expérimente pour la première fois un changement de cycle le jour de la course, le choc physiologique sera d’autant plus grand.

En organisant progressivement et régulièrement des sorties de nuit, votre corps sera gérer le jour J, une situation qu’il connaît déjà.

Choc psychologique
Même si on aime dire que les coureurs d’endurance « débranchent » leur cerveau à un moment de la course. Devant l’arche de départ on est connecté à 100%.  Toutes les informations sont parfaitement analysées.

Si on n’a pas pris l’habitude de courir très tard le soir, le cerveau, dès les premiers mètres de course, va envoyer une charge de stress difficile à supporter.

Une routine doit se créer avant ce trail pour générer une habitude et ne pas avoir votre esprit qui divague de trop :  « Il fait froid, il fait nuit, il est minuit…pourquoi je suis en train de courir ? »

Entraînement de nuit : quels types de séances pour préparer la SaintéLyon ?

Privilégier les sorties longues mais progressif rester il faut !

préparations saintélyon

Sorties longues sans faire une course avant la course

Pourquoi sorties longues : au-delà de bien évidemment faire des sorties proches de 3h00 pour préparer un ultra, il faudra réussir à les faire de nuit pour entraîner votre organisme à gérer la fatigue avec des conditions nocturnes (cf. réussir son entraînement pour la SaintéLyon 1-2 )

Pourquoi progressif : même si vous êtes prêts pour des sorties longues, attention à ne pas faire trop durer les premiers entraînements de nuit. Par rapport à des entraînements de jour, ils génèrent une fatigue supplémentaire : conditions de nuit plus difficile (vision, froid) et temps de repos/sommeil écourté.
Donc attention à ne pas se « cramer » trop rapidement pour bien supporter le plan d’entraînement de 12 semaines.


Entraînement SaintéLyon :  faut-il forcément faire des séances à minuit ?

Courir exactement en conditions de départ réel est, on l’a vu plus haut, excellent pour se préparer physiologiquement et psychologiquement.

Partir à minuit précise sera à faire au moins un fois pour être un atout moral.

Pour l’ensemble des entraînements de nuit, il faut dans la mesure du possible, se rapprocher de cet horaire sans que ça soit une obsession. Car l’important est de doser ces sorties tardives pour être suffisamment prêt sans générer trop de fatigue.

Comment organiser son plan d’entraînement pour la SaintéLyon ?

plan-entrainement-saintélyon

Planifier 12 semaines à l’avance c’est la clé

Réussir progressivement à courir longtemps proche de minuit, en étant en forme le jour J et surtout les jours d’avant dans son travail, avec ses amis, sa famille….c’est un des défis de l’entraînement à la SaintéLyon.

Résoudre cette problématique, passe par une planification minutieuse d’au mieux 12 semaines avec si possible un coach qui sera adapter vos séances avec votre agenda.

Ce spécialiste est aussi là pour prévoir des plans B ou C lorsqu’on est obligé de décaler ou annuler des entraînements.

Cet article vous fait réagir? Laissez un commentaire: