Close

Latest Posts

Stay up to date with all our latest news and launches. Only the best quality makes it onto our blog!

23 mai 2017

Quand le lièvre bat la tortue ! (épisode 1)

Il y a des courses où les lièvres donnent le tempo, d'autres où ils finissent sur le podium. Click To TweetLe scénario n’est jamais écrit à l’avance. Voici le premier épisode de cinq histoires de lièvres devenus champions, au moins le temps d’une course rocambolesque !

Jonah Kipkemoi : lièvre, paralympique et vainqueur du marathon de Barcelone ! (photo DR)

La récente tentative orchestrée par Nike autour de trois coureurs dont Eliud Kipchoge (qui finira finalement à 25″ secondes de l’objectif!) pour amener un coureur sous la barrière des deux heures au marathon a encore mieux mis en avant l’importance des « lièvres » qui assurent le train. Ils permettent aux coureurs visant la victoire et le chrono de se ménager, de se protéger du vent et de suivre patiemment un train régulier qui les emmène « dans un fauteuil » vers l’exploit.

Sauf que cela ne se passe pas toujours comme ça! L’histoire de la course à pied est émaillé de victoires inattendues cueillies par ceux qui n’étaient pas désignés, à priori, pour terminer la course. Avec de belles histoires et quelques controverses à la clé. Suivez notre feuilleton sur ces lièvres extraordinaires !

Jonah Kipkemoi, le lièvre paralympique!

Marathon de Barcelone, 2017 

Jonah n’a jamais vraiment joué les premiers rôles. Chargé, comme à son habitude, de régler l’allure sur les 30 premiers kilomètres, il accomplit sa tâche avec rigueur. Jusqu’a moment où le favori de la course, derrière lui, abandonne.

Là, le lièvre kenyan se persuade en un instant qu’il tient sa chance.

Je ne pensais pas du tout gagner le marathon de Barcelone ce matin. Mais comme je me sentais bien après 35 kilomètres, j’ai décidé d’essayer de poursuivre jusqu’au bout. »

C’est ainsi que Jonah, à la surprise générale, inscrit son nom au palmarès de l’un des plus prestigieux marathon espagnol, en 2h08’55 tout de même. Une performance d’autant plus appréciable qu’il est handicapé depuis son enfance. A la suite d’une grave brûlure, Jonah conserve des séquelles au bras droit et au visage. Il a d’ailleurs participé aux Jeux Paralympiques de 2012.

Lièvre pour le marathon de Barcelone, il remporte finalement la course! Click To Tweet

Une victoire et une prime surprise !

Une belle surprise qui permet aussi à Jonah d’empocher la prime de 13 000 € et de réaliser son rêve d’acheter une ferme au Kenya. Au départ, il pensait se contenter des 3000 € promis au lièvre! Quand on vous disait que le scénario d’une course n’est jamais écrit à l’avance!

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

En 1960, le néo-zélandais Murray Halberg, paralysé du bras droit, remporte le titre olympique du 5000m.
Murray Halberg, champion olympique du 5000 m avec un bras atrophié. (Photo DR

Murray Halberg, champion olympique du 5000 m avec un bras atrophié. (Photo DR)

 La victoire de Jonah Kipkemoi a frappé les esprits autant par le scénario de la course que par le handicap du vainqueur innatendu.Pourtant, il n’est pas le premier athlète handicapé à s’imposer devant tous les coureurs parfaitement valides. Son illustre prédécesseur est Murray Halberg.
Paralysé d’un bras à la suite d’un accident de rugby survenu pendant son adolescence, il décide de se consacrer à la course à pied. Son handicap dope même sa motivation.
Il est l’un des premiers athlètes entraîné par le légendaire coach Arthur Lydiard. Il devient vite l’un des meilleurs spécialistes mondial du demi-fond. En 1960 à Rome, il place une accélération foudroyante à 1200 m de l’arrivée du 5000m et remporte le titre olympique. Quand on connaît l’importance de l’action des bras et de l’équilibre des membres en course à pied, c’est encore plus impressionnant !

 

Cet article vous fait réagir? Laissez un commentaire: