Close

Latest Posts

Stay up to date with all our latest news and launches. Only the best quality makes it onto our blog!

3 mars 2017

Projet Sub 2 : Adidas entre dans la course aux deux heures.

Adidas, jusqu’à présent en retrait de l’agitation « marketing » autour des tentatives orchestrées pour voir un premier coureur courir un marathon en moins de deux heures, s’est lancé dans la bataille. Avec l’arrivée sur le marché d’une chaussure baptisée « Adizéro Sub 2 », à l’oeuvre dès dimanche sur le marathon de Tokyo.

 

 

Nous poursuivons ici notre « saga » critique des projets visant à conduire un ou plusieurs coureurs, dans un avenir très proche, sous la barrière des deux heures au marathon.

Une chaussure pour l’exploit?

Jusqu’à présent, les projets de Nike et de Sub 2, avaient tenu le haut de l’affiche : des athlètes candidats aux forts potentiels (même si en réalité sans doute assez loin de l’exploit final), des moyens techniques et financiers importants. Bien entendu, les grandes concurrents dans le domaine et sur le marché du running ne pouvait que répondre. Adidas s’est donc lancé dans la course en annonçant la semaine dernière le lancement d’une chaussure taillée pour l’exploit : l’Adizero Sub2 .

Adizero Sub2 © adidas Group (photographer: Hannah Hlavacek)

Adizero Sub2 © adidas Group (photographer: Hannah Hlavacek)

Un modèle basé sur la technologie Boost, déjà utilisée depuis quelques années par la marque allemande, et visant le maximum de légèreté pour permettre à la foulée d’être la plus rapide et la plus économique possible.

L’annonce était, bien entendu, plus qu’ambitieuse. On pouvait ainsi lire dans le communiqué de presse:  »

André Maestrini, le responsable général mondial d’adidas running dit « L’adidas adizero Sub2 est un jalon important pour la marque et le programme Sub2. Elle est centrale pour le futur de la course à pied chez Adidas. Aux alentours du Marathon de Londres en 2012, nous avons commencé à réfléchir à propos de Sub2 en tant que concept et au rôle d’adidas dans la volonté d’atteindre ce qui est considéré comme impossible. Nous avons commencé à créer une chaussure capable de cela, et Wilson était l’athlète parfait pour tester notre innovation dans un environnement de course à pied. Nous sommes incroyablement excités de voir jusqu’où cela peut aller. »  »

Wilson Kipsang, gros client du marathon.

Wilson, c’est Wilson Kipsang, l’athlète le plus performant actuellement sous la bannière de la marque aux trois bandes sur 42,195 kilomètres. Le kenyan de 34 ans s’alignait donc dimanche sur le marathon de Tokyo pour étrenner ces nouvelles chaussures et se rapprocher de la barrière des deux heures.

Athlète expérimenté et ultra-performant, le natif de Keiyo, au gabarit plutôt long (1m82) et fin (62 kilos), est au plus haut niveau depuis dix ans. Malgré des passages à vide qui n’ont pas manqué d’alimenter la polémique sur les pratiques dopantes des coureurs kenyans, avec notamment un abandon aux championnats du monde en 2015 alors qu’il se présentait en favori, Kipsang présente une régularité plus qu’impressionnante.

Wilson Kipsang à Berlin (photoDR)

Wilson Kipsang à Berlin (photoDR)

En 2009, il est déjà capable de courir le semi en 58’59 ». L’année suivante, la première où il s’aventure sur marathon, il court déjà en 2h04′ à Francfort. Il établira ensuite un record du monde à 2h03′ 23″ en 2013 à Berlin. Il battra d’ailleurs ce record personnel l’an passé, toujours dans la capitale allemande, en 2h03’16 », à quelques foulées de Bekele et du record du monde actuel.

Bref, c’était un très gros client que l’on retrouvait hier au départ du marathon de Tokyo, sur un parcours propice à la performance, au milieu d’un peloton de très haut niveau, entre coureurs africains aux références impressionnantes et les japonais venus chercher la qualification aux championnats du monde de l’été prochain.

Le miracle n’a pas eu lieu

Le miracle n’a bien sûr pas eu lieu, même si la performance de Kipsang reste impressionnante : un début de course sur un rythme fou, 14’14 » au 5 km, soit une allure proche des deux heures, puis un passage au semi qui faisait encore croire à un possible record du monde. Mais les petites côtes de la fin de parcours eurent raison de ces folles perspectives. Néanmoins, sur la fin de course, le kenyan, Adizero Sub 2 aux pieds donc, se dégageait de ses adversaires pour s’imposer en 2h03’58 », le meilleur chrono jamais enregistré sur le sol japonais.

Derrière lui, on note une bonne kyrielle de performances en moins de 2h06 et 2h07, ainsi que la place de premier japonais de Iroto Inoue (8e en 2h08’22 ») qui devrait représenter son pays aux championnats du monde l’été prochain.

Le record féminin, encore plus loin…

Chez les dames, la nouvelle recordwowan du monde du semi-marathon, Sarah Chepchirchir, également kenyanne, s’impose en un impressionnant 2h19′ 47« . Impressionnant, mais tout de même très loin des historiques 2h15′ de Paula Radcliffe, un record dont on parle moins que celui des deux heures chez les hommes, tant il semble éloigné même des meilleures performances féminines actuelles…

 

Cet article vous fait réagir? Laissez un commentaire: